Rencontre

Rencontre
 

 Couple in cafe

 

Enfin tu m’offres le plaisir de te rencontrer. Rendez-vous est pris dans un bar tranquille.

J’arrive.

Je ne connais toujours pas ton visage, mais comme dans les romans policiers, nous avons un signe de ralliement.

« Je laisserai poser sur la table une rose »

J’aime l’idée.

Les roses sont tellement proches de l’image que j’ai des femmes. Elles sont belles et multiples, les pétales sont douces et enivrantes comme un sexe de femme et leurs épines nous rappellent à l’ordre si nous les brusquons et oublions de les respecter.

Tu es assise au fond de la salle.

Dans un coin calme et confortable. Des banquettes confortables entourent la table.

J’approche. Tu viens de me voir. Tu as un sourire envoutant.

Quelques secondes à nous observer et comme un vieux copain je viens découvrir le grain de ta peau par une bise sage.

Tu as bien lu mes messages. Un chemisier sage mais qui laisse entrevoir des dessous recherchés. Tes seins sont dissimulés mais tellement présents. Je devine plus que je ne vois, une jupe simple qui s’arrête juste au-dessus des genoux.

Tout en prenant un verre, nous discutons d’une chose et d’une autre, de banalités de la vie.

J’ai l’impression que le fluide passe. A une ou deux reprises, je m’arrange pour effleurer tes doigts. Tu ne te dérobes pas.

Je sais que tu aimes les situations excitantes.

Tout en continuant à te parler de banalités du quotidien, l’une de mes mains vient se poser sur ton genou.

Ta bouche me parle de la circulation en ville mais tes yeux se mettent à briller d’une lumière particulière.

Nous sommes à l’abri des regards. Ma deuxième main vient se poser sur ton autre jambe.

Lentement, mes mains massent le dessus de tes genoux. Très lentement, je me penche vers l’avant, et mes mains, toujours sous la table, remontent parallèlement vers tes cuisses.

Tu ne restes pas totalement passive. Avec un air détaché, tu te redresses et vient t’asseoir au bord de la banquette.

Mes mains viennent de passer la lisière de tes bas. J’aime cet endroit ou la chair est nue...mais où l’on sait que l’on est proche du point de non-retour.

Sous le bout de mes doigts, je viens de toucher les côtés de ton string. Je commence à le descendre et je vois ton bassin se soulever légèrement pour laisser le passage.

Nous parlons toujours…Maintenant de nos métiers.

J’adore ce contraste entre le discours des mains et celui des lèvres.

Tu viens de soulever tes pieds. J’ai maintenant dans la main un petit morceau de tissu que je passe négligemment  sous mes narines.

J’aime le parfum qui s’en dégage.

Tu viens de reprendre ta place normale sur la banquette.

Seule la pointe de tes seins trahit ton trouble !

Je me rapproche de toi. J’attrape ton manteau posé sur la banquette pour l’étendre sur tes jambes.

Bien que surprise, tu me laisses faire.

Je laisse passer quelques minutes à siroter mon verre. Nous renouvelons nos consommations.

Notre conversation reste sympa et traditionnelle.

Tout en continuant à te parler, ma main glisse sous le manteau. Avec autorité, elle s’insère entre tes cuisses et vient se poser à l’entrée de ton ventre.

Il me suffit d’une phalange éclaireuse pour constater que ton sexe est mouillé. Mon doigt s’enfonce et visite ta grotte.

Nous continuons à parler mais tu pinces tes lèvres pour éviter de te trahir….un autre doigt…puis un autre viennent envahir ton ventre.

Ma main coulisse en toi et ta conversation se fait plus hachée !

Sans te prévenir, je retire ma main, et une petite déception apparaît sur ton visage. Je passe ma main sur ma bouche, et tout en parlant, je lèche un à un chacun de mes doigts avec application.

Je fais durer le plaisir. J’aime ton gout !

Ma main replonge entre tes jambes et je trouve tes lèvres totalement ouvertes.

Ma main se fait plus agile et volontairement plus tremblantes…

Je vais aussi loin que je peux et je dessine sur tes parois intimes des dessins imaginaires…

Ton souffle se fait plus court.

Ma main est inondée…

Tes mains s’incrustent dans le bois de la table.

Ta jouissance est muette mais un cri te brule la gorge !

Tes yeux se ferment pendant quelques secondes.

 

Tu reviens sur terre.

En me regardant dans les yeux, tu termines ton verre d’un trait…

« Et si nous allions boire un dernier verre chez moi ? »

Comment pourrais-je refuser une telle invitation…

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau