la femme de l'étang

La femme de l’Etang

C5240b5e

 

Je suis venu m’asseoir au bord de l’étang

La fraicheur du soir, douceur de l’instant

Musique du crépuscule, cliquetis de surface

Un têtard fringuant, une grenouille vorace

 

Je me laissais bercer, quand elle est arrivée

De l’autre côté de l’eau, silhouette élancée

Elle marchait à grand pas, elle cheminait

Mes yeux la suivaient, Son mystère m’attirait

 

Qui était cette femme, quel était son destin

Elle avançait déterminée, suivant son chemin

Dans son sillage, des ombres se bousculaient

Des hommes, juste son attention, quémandaient

 

Elle ne les regardait pas, suivait l’horizon

Un sourire très doux, inimitable poison

Fragile ou violente, entretenait le mystère

D’un geste, leur ordonnait de se taire

 

Je l’ai suivi un moment, irrésistiblement

Savouré avec délice d’avoir été son amant

Je suis revenu me coucher, à côté de l’étang

Devais la laisser partir, était venu le temps.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau