Comment leur parler ?

Comment leur parler ?

Burqa

Je ne supporte pas ces femmes déguisées en fantômes…

Je ne supporte pas ces corps enfermés sous des mètres de tissus.

Je n’accepte pas ces visages planqués sous des grillages.

Comment peut-on camoufler l’œuvre de Dieu ? Et se revendiquer de ce même Dieu ?

Une amie me reproche de ne pas faire l’effort de comprendre…

Peut-être…Et pourtant

Comment comprendre un être humain qui refuse de vous regarder, qui refuse cet échange de regards qui donne aux relations entre les hommes toutes leur noblesse.

Femmes je vous aime…Femmes je vous respecte.

Quand je vous regarde, j’ai du plaisir à le faire.

Pourtant je ne suis pas un pervers.

Admirer la beauté, c’est aimer l’œuvre de la nature, ou si vous le préférez celle de votre Dieu.

Sommes nous si indignes que nous ne pouvons pas regarder la douceur de vos traits, l’éclat de votre sourire, l’équilibre de votre silhouette ?

Etes-vous des victimes des hommes ? Etes-vous simplement des âmes faibles se laissant bercer par des sirènes néfastes ?

Mes grands-mères ne portaient pas de burqa, mais elles ployaient l’échine sous le poids des convenances et des règles écrites par les hommes…

Quand un homme couchait avec elles sans que la bague soit passée à leur doigt, si un enfant se glissait alors dans leur vie, il n’y a avait plus alors qu’un seul coupable…Elles !

L’homme était la victime de la pècheresse !

Et puis ces femmes se sont levées…

Un cri !

Mon corps est à moi !

Elles sont devenues des citoyennes entières…

Elles décident de leurs envies, de leur désir.

Seuls les hommes faibles ont perdu quelque chose.

Les autres ont trouvé des femmes libres, des maitresses conquérantes.

Je rêve de votre révolte, vous les femmes grillagées !

Comme la vie serait belle si vos burqas devenaient des cerfs-volants ?

Si vos prisons devenaient des symboles de liberté…

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau